Artistes

Éditions RLD

Gravures, lithographies, bois gravés, photographies,

livres rares, bibliophilie contemporaine, cahiers d'art, affiches

Artistes Il y a 4 produits.

Sous-catégories

  • ADAMI
  • AGOSTI
  • ALECHINSKY
  • ARROYO
  • ATELIER BINGO

    Atelier Bingo est un duo d'artistes français, Maxime et Adèle, basé à Saint-Laurent-sur-Sèvre.

    Amoureux d'image imprimée et de gravure, le duo associe matières,  textures et collages pour leurs créations abstraites.


  • AUGUSTYNIAK

    Mathias crée en 1992 M/M (Paris)  avec Michaël Amzalaget.

    Si l’imprimé, le dessin, la photographie et une approche hors normes de la typographie se trouvent au cœur du travail, il ont  réalise également des films, dessine des objets ou conçoit des espaces.

  • BERNIER

    Carol Bernier, née le 9 mars 1963, vit et travaille à Montréal, ville dont elle est originaire. Elle poursuit d’abord des études en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), avant de s’orienter résolument vers les arts plastiques. Elle est titulaire d’un baccalauréat (1988) ainsi que d’une maîtrise en arts plastiques (1994) de l’UQAM.
     
    Sa curiosité pour toutes les formes d’art l’a menée jusqu’en Hongrie, puis en France, où elle s’initie à la gravure. Sa rencontre avec les Éditions RLD avec qui elle collabore depuis 2002, fut déterminanteEn 2009, elle imprime sur les presses de l'atelier RLD éditeurs 5 gravures pour le livre d’artiste Quêtes, cosigné par Yves Bonnefoy, Pierre Boulez et Jean-Jacques Nattiez.
     
    Depuis 1995, les œuvres de Carol Bernier ont fait l’objet de plusieurs expositions individuelles à la galerie Simon Blais, à Montréal. L’artiste a également exposé en solo à Barcelone, Paris, en Suisse.
     
    Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections publiques et privées, de même que dans plusieurs grandes collections d’entreprise.

    L'artiste affectionne tout particulièrement les ateliers de la Métairie pour son travail de gravure. Au centre d'art elle a pu expérimenter avec Christian Mameron, le grand format pour la création d'une estampe exceptionnelle "Un morceau de Saturne", gravure originale de format 125 x 230 cm tirée à seulement 15 exemplaires pour les Éditions RLD dans la collection "Les Géantes de la Métairie".

  • BETTENCOURT
  • BLANCHARD
  • BONI
  • BOTTI

    René Botti est né "le pinceau à la main" en mars 1941 à Paris.

    Dès l'âge de 8 ans il fréquente l'atelier du peintre graveur, monsieur Bruyère. À 15 ans il passe avec succès le concours d'entrée de l'école des Arts appliqués puis des arts graphiques.

    En 1960 il décide de faire une carrière d'illustrateur. Le dessin est depuis toujours une composante essentielle de sa vie. L'artiste se fait connaître pour son travail sur les palissades mêlant dessin, peinture, collages et textes.

    En 1995 à la Métairie Bruyère il fait la rencontre de Lydie et Robert Dutrou qui vont donner une nouvelle impulsion à sa carrière. Au sein du centre d'art René explore et mixe toutes les techniques offertes par le lieu, gravure, lithographie, bois gravé, typographie...

    René Botti a accroché par deux fois ces œuvres à la Métairie, en 1999 puis en 2015 pour une expo à quatre mains avec son complice et ami l'artiste Jean-Pierre Blanchard.

  • BURY
  • COLLIN
  • CORNEILLE
  • CORTOT

    Jean Cortot

  • DEBEURME

    Ludovic Debeurme est un auteur de bande dessinée et illustrateur français né en 1971. Il apparaît dès 2002 et la publication de Céfalus, son premier album, comme un des principaux nouveaux auteurs des années 2000.

    Explorateur d'un monde onirique, autobiographique d'une narquoise candeur, il touche par un sens du bizarre qui le rapproche d'Edward Gorey et de Roland Topor. Marqué par la psychanalyse et l'expression des fantasmes, il traite ces thèmes par un graphisme épuré et un goût profond des jeux de l'enfance.

    En 2012, Ludovic Debeurme expose au Centre d'art graphique de la Métairie Bruyère les estampes réalisées pour les éditions RLD lors de sa résidence à Parly.

  • DI ROSA
  • DORNY
  • DUFOIS

    MATHIEU DUFOIS est né en 1984 à Chartres. Il vit et travaille à Tours.

    Il est représenté par la galerie Particulière, Paris.

     (...)
    À parcourir l'oeuvre diverse de Mathieu Dufois, le regardeur prend finalement la mesure de ce qui la rassemble : une problématique de l'observation. Le soin du détail dans ses dessins, le choix de points de vue toujours savamment élaborés, la mise en jeu de figures qui observent, voire qui s'observent, et pour finir cette façon de nous situer nous-mêmes en voyeur dans la pénombre : si l'art de Dufois est requis par la mémoire des images, c'est surtout leur potentiel à interroger notre regard qui l'intéresse. »  

    Philippe Piguet
    Extrait du texte édité à l'occasion de l'exposition personnelle de Mathieu Dufois, commissariat Philippe Piguet, Galerie de l'Étrave, Thonon-les-Bains, 2015.

  • DUNE
  • DUTERTRE
  • FINKENAUER

    Le sens de l’humour, l’ironie appliquée sur soi et une intelligence aimable sont les traits les plus caractéristiques de ses huiles et ses dessins. Paul Klee, Calder, Miró, Arp… sont des références qui apparaissent derrière ses crayons de couleurs vives. Ses compositions minimalistes qui configurent un monde de formes élémentaires et naïves recèlent un laborieux travail intellectuel de synthèse et de dépouillement.

  • GRANET

    Zombie Poison Coupé

    On pourrait croire que les images de Louis Granet sont les évidentes déviations de pratiques de reproductions et de narrations, issues de la bande dessinée, du graphisme et de l’édition. La peinture serait une fonction de plus, complexe et particulière. Où la recherche du trait comme de la couleur s'entichent de prétextes contextuels et visuels, dont la question se résumerait au déploiement des échelles et des savoir-faire. La peinture serait alors profitable, efficace et mouvante : concordante. Mais le geste de Louis n’est pas de l’ordre de l’utile et de l’apparat, il répond à une nécessité, un apparaître.

    Il est avant tout dessin, traits de liens et de césures, des hypothèses d’espaces et de présences tracées, actées. Le dessin est futile, fragile, reproductible. Ici la ligne se raconte, (se) répète, s’exerce et (se) laisse la possibilité d’un autre, d’une inattention et d’un inattendu. Des vues condensées, anodines, des observations quotidiennes qui s'éclatent et s'empilent sur les surfaces acryliques, qui découpent les temps comme des écrans à scroller indéfiniment. Les mêmes se différencient dans les regards baladeurs : sur les pleins tranchés et les pointillés d'objets, les textes et les textiles, dont les teintes luxuriantes se délient en étalages de bouquets, en situations de mouvements abstraits de leurs normalités. La ligne est voulue signe, souplesse, justesse, où la couleur prend corps par aplats, dépose les plans successifs et excessifs sur ces étendues de toiles et de papiers, cadrées.

    « Caravagisme-zombie-poisson-coupé », des natures mortes qui se survivent en #pornfood.Et le tableau a cette franchise où tout semble à portée, comme au marché. Le formalisme du peintre n’avance pas au regard comme un mort-vivant d’un présent décharné d’authenticité, c’est au contraire un marcheur endurant, engagé entre les artifices et les réels pour en saisir des moments insignifiants de fascinations.

    Les gestes de Louis Granet utilisent l’évidence de l’image et de sa picturalité pour engager des processus d’allusions et d’abstractions, plus que d’illusions ou d’illustrations. Des apparences d’apparitions et des apparitions d’apparences, des scènes de genres projetées en formes de vies qui tendent à mettre en place des potentiels de pressions dansnos rapports de réalités. Des échanges formels et affectifs, où les contextes et les tendances se distillent en doses quotidiennes. Un poison-poisson pour se prémunir des océans d’images technocratiques en partant à la pêche aux gouttes.

    Une sorte de débordement, un débord au bord du cadre, pour donner à voir des natures qui ne sont plus mortes mais artificielles, bien réelles. Des mises en abîmes qui se partagent en passions chromatiques grouillantes de reflets et de déclinaisons vivifiantes, et qui tentent, tendent à nous donner de vrais mythes dans la perception et les usages des potentiels objets esthétiques de l’époque.

    Alice Hauret-Labarthe

  • HANANIA E.

    Diplômée de l'École des Beaux Arts de Paris, lauréate du Festival d'Hyères en 2006, Estelle Hanania a d'abord fréquenté la photographie dans la chambre noire de l'école, où elle y réalisait les tirages couleurs grands formats. S'en suivra une expérience de directrice artistique chez Ogilvy, avant qu'elle ne se lance complètement dans la photographie. Elle associe rapidement à son travail personnel des commandes pour la presse, y imprimant un style si poétique qu'épuré. Ses images, tantôt baignées d'une lumière chaude, ou enveloppées d'un voile bleu et hivernal, oscillent entre douceur et âpreté. Masques et déguisements sont des motifs récurrents de son iconographie, marionnettes ou hommes des champs, hésitant eux aussi entre figures affables et créatures inquiétantes.

  • HANANIA M.
  • INUIT
  • MACRÉAU
  • LES LALANNE
  • MARIN

    Enrique Marin est né en 1935 à Séville. Il vit et travaille à Auxerre. Il se partage entre l’Espagne, l’Italie et la Bretagne. Après des études aux « Arts et Métiers » de Séville, il intègre, en 1958, l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris où il découvre la lithographie avec P.E. Clairin, la gravure en intégrant l’atelier J.E. Bersier, R. Cami, L. Coutaud, puis en côtoyant le graveur et imprimeur Raymond Haasen dont il devient l’ami. Dès lors, la gravure occupera une place prépondérante dans sa carrière. 

    Ses nombreuses expositions se succèdent dès 1957 et le mèneront à travers toute l’Europe : Séville, Paris, Venise, Madrid, Amsterdam, Stuttgart, Rome... en tout : 90 expositions personnelles lui ont été consacrées et a participé à plus de 80 Biennales et salons d’art contemporain. 

    Enrique Marin est un artiste qui a beaucoup fréquenté les ateliers de taille-douce de la Métairie Bruyère. Il y a réalisé de nombreuses estampes avec l’aide complice de Robert et Lydie Dutrou / RLD

  • MIOTTE
  • MIRÓ
  • NÓVOA
  • PAPART

    Max Papart, né à Marseille en 1911 et mort en 1994, est un peintre-collagiste contemporain franco-américain. Son œuvre est marquée par une certaine douceur de vivre, une discrète ironie (quasi-inexistante) et un grand sens de la beauté plastique.

  • PEDERSEN
  • ROUSTEAU

    PAUL ROUSTEAU (1985) A ÉTUDIÉ À SAINT-LUC, EN BELGIQUE, ET À L’ÉCOLE DE PHOTOGRAPHIE DE VEVEY (CEPV) EN SUISSE. SON TRAVAIL A ÉTÉ EXPOSÉ À PARIS À LA GALERIE DU JOUR, PARIS PHOTO, ET À LA GALERIE FORMA.

    PARMI SES PUBLICATIONS, ON COMPTE M LE MONDE, VOGUE, DAZED, I-D ET THE NEW YORKER.

    «Les impressionnistes arrivent juste après l’invention de la photo. Du coup, les peintres se libèrent de leur devoir de représentation et commencent à s’exprimer par la forme. Moi, j’essaye de transformer un peu la photographie, dans la même idée, de la sortir de cette obligation de représenter»

    Découvrez son univers onirique et coloré.

  • SAURA
  • SALZMANN
  • SECRET

    « La céramique est pour moi définitivement une pratique magique. La terre prend forme ; sous mes mains, ce qui existait sous la forme d’une vision, d’une rêverie volatile, devient palpable, physiquement là.
    Je pense aux premiers hommes, aux premières idoles de terre cuite, je m’inscris dans cette continuité. Façonner la terre c’est recréer un rapport à la nature, respecter son rythme, accepter de ne pas tout contrôler. Ces jeux avec les éléments, la terre, l’eau, l’air et le feu, le mou, le dur ; tout ce processus a quelque chose de méditatif, de primordial, de mystique aussi. J’aimerais que ces pièces contaminent le réel, qu’elles agissent comme des virus, qu’elles se disséminent, qu’elles essaiment l’imaginaire de celui qui les regarde. Je veux que ces créatures habitent l’espace, qu’elles aient une vraie présence. Qu’une relation l’installe, un dialogue silencieux. Je voudrais que la nuit, elles se réveillent. »

    Bertrand Secret

  • SEGUí

    Antonio Seguí est un peintre, né le 11 janvier 1934, à Córdoba en Argentine

  • SOANDSAU

    Duo de réalisateurs & illustrateurs français.

    Sophie Deiss et Jean-Christophe Saurel

    http://www.soandsau.com/

  • SPEEDY GRAPHITO
  • SUGAÏ
  • TÉLÉMAQUE
  • TEXIER

    Richrad Texier, né le 28 juin 1955 à Niort.

    La gravure est pour moi un territoire mental, une révélation au sens photographique du terme. 

Résultats 1 - 4 sur 4.
Résultats 1 - 4 sur 4.
PARIS Atelier R . L . D .
37 bis rue de Montreuil
75011 Paris
Batiment F - Bte 24
T. 01 45 85 72 37
Parly- Bourgogne Éditions R.L.D.
La Métairie Bruyère
89240 Parly ( Yonne )
T. 03 86 44 21 35